Le père surprend sa fille au lit avec un homme. Sa réaction a fait le TOUR DU MONDE sur le Web!

Le père surprend sa fille au lit avec un homme. Sa réaction a fait le TOUR DU MONDE sur le Web!

Bien dès pères ont craint ce scénario à un moment où à un autre; surprendre sa fille adolescente au lit, dans les bras d’un étranger. La réaction de l’homme dans ce cas-ci a fait le tour du Web — et avec raison. Lisez cette histoire ici. Elle a été publiée en anglais sur Reddit, et nous l’avons traduite en français pour vous.

Un bon matin, je me lève, je descends les escaliers et je vois ma fille de 17 ans sur le divan endormie avec un homme que je connais pas. Ils sont tous les deux nus, cachés par une petite couverture. Je me dis qu’ils ont très certainement bu la veille, puisque ma fille ne ferait jamais une chose pareille sobre.

 

Je vais chercher ma femme, notre autre fille et notre fils, et nous les laissons dormir sur le divan pendant que nous préparons le repas du matin. Puis, nous nous assoyons à table (la table n’est pas très loin du divan) et je dis, avec ma voix la plus sévère: « Jeune homme, le petit déjeuner est prêt! » Je n’ai jamais vu quelqu’un se réveiller aussi abruptement.

Je lui tire une chaise et lui dis de s’asseoir. Il utilise tant bien que mal la petite couverture dont il dispose pour se vêtir, et puisqu’il ne sait pas quoi d’autre faire, il s’assoit à table et prend son petit déjeuner avec nous.

Il est nerveux, et on peut clairement le voir trembler. Je lui dis, encore une fois avec une voix sévère: « Mon ami, je vais te poser une question… C’est très, très important pour toi que tu répondes correctement. » Je le vois transpirer. Puis, je dis: « Aimes-tu les chats? » Nous éclatons tous de rire et continueons à manger.

Nous découvrons qu’il est un garçon aimable et poli, mais qu’il cache quelque chose d’étrange. Notre fille nous assure qu’il est gentil, et qu’ils se connaissent depuis environ un mois.

Après cet épisode, il nous rend visite à chaque jour. Il vient à vélo chercher ma fille et ils se rendent à l’école ensemble. Après l’école, elle va chez-lui. Il n’a plus jamais passé la nuit chez-nous. Lorsque ma fille est malade, il prend soin d’elle. Lorsqu’elle est de mauvaise humeur, il a la patience d’un ange.

Il nous révèle qu’il n’a ni famille, ni éducation ni travail. Mais notre fille l’aime.

Environ 8 mois après notre première rencontre avec l’amoureux de ma fille, mon fils me raconte qu’il s’est informé dans son entourage au sujet du garçon. On dit qu’il est sans-logis. Son père s’est suicidé. La mère était toxicomane, et est morte d’une surdose de drogues trois mois après le décès de son mari. Le jeune homme n’avait à ce moment que 15 ans.

Au cours des trois années qui ont suivi, il a survécu dans la rue. Dormi dans les parcs, chez des « amis » et dans des refuges pour personnes sans domicile fixe. Il a travaillé un peu ici et là, mais n’a jamais décroché d’emploi stable. Ma fille l’a rencontré alors qu’il travaillait avec des chevaux. Il est joli à regarder, et ma fille est tombée sous le charme.

Voilà la situation dans laquelle je me trouvais. Et je ne savais pas quoi faire. Un jeune homme de 18 ou 19 ans, gentil, poli et aimable — toujours souriant et qui ne demandait jamais d’argent — était amoureux de ma fille et faisait maintenant pratiquement partie de la famille. Les jours où il ne pouvait venir nous visiter en raison d’un travail quelconque qu’il devait accomplir, sa présence nous manquait.

J’ai raconté à ma femme ce que j’avais appris via mon fils. Elle s’est mise à pleurer. J’étais déçu du fait que ma fille ne nous avait rien dit. Si elle avait dit quelque chose, nous aurions pu les aider.

Le lendemain, j’ai donné au jeune homme les clés de notre maison. Je lui ai dit que je voulais qu’il vienne chez-nous chaque soir pour passer la nuit. Nous avons rénové la chambre d’amis ensemble et acheté quelques meubles. Il travaillait efficacement et a fait presque tout lui-même. Il m’a dit qu’il rêvait d’avoir sa propre entreprise. Nous nous sommes assurés qu’il termine ses études au lycée afin qu’il puisse avoir cette possibilité.

C’était en 2000. 16 ans plus tard, je le considère toujours comme un fils, même s’il est en réalité mon gendre. Avec ma fille, il est propriétaire d’une entreprise qui fonctionne très bien, et ils nous ont donné trois adorables petits-enfants.

source

Help us: Please share if you like!
Partager